La normalisation d'un couteau

3 clés pour comprendre la normalisation du couteau

janvier 17, 2019

La normalisation d'un couteau

Vous vous êtes lancé dans la fabrication d’un couteau ? Il s’agit d’un projet de longue haleine très gratifiant. En effet, des compétences multiples sont en jeu et vous vivrez une expérience unique qui vous apportera beaucoup de satisfaction.

Après la découpe dans l’acier, le traitement thermique est une étape incontournable pour ne pas casser ou déformer la lame. Il s’agit de chauffer le matériau ou le mettre en solution pour emprisonner des éléments chimiques et modifier sa structure, c’est-à-dire d’agir sur les grains de l’acier. Les traitements thermiques sont au nombre de 3. Le premier est la normalisation. Découvrons, sans plus attendre, 3 clés pour tout savoir sur la normalisation de votre couteau.

 La normalisation d'un couteau

Clé n° 1 : Définition de la normalisation du couteau

La normalisation est le premier des trois traitements thermiques. Cette opération consiste à chauffer la lame à haute température jusqu’à ce que sa couleur devienne rouge, voire jaune. Il s’agit ensuite de laisser refroidir la lame jusqu’à ce qu’elle retrouve sa couleur initiale. La normalisation du couteau doit être répétée 3 fois de suite afin d’en cumuler les effets.

La normalisation est donc composée de 3 phases : le chauffage, le palier et le refroidissement.

Avant de pratiquer cette opération, assurez-vous de la qualité de l’acier utilisé. Il doit être carboné entre 0.5 et 1,6 % afin d’éviter les risques de casses. Si le taux de carbone est trop bas, cela n’est pas non plus idéal dans le cadre d’une normalisation. Il faut savoir qu’avec l’inox, vous ne tirerez pas de bénéfice à effectuer une normalisation à cause de la présence de chrome.

Clé n° 2 : Intérêt de la normalisation du couteau

L’objectif de la normalisation du couteau est simple : affiner le grain de l’acier. Cela permet de rendre la lame moins fragile pour le traitement thermique suivant : la trempe. La normalisation du couteau permettra donc d’éviter une déformation de la lame. En effet, pendant le travail de forge, les températures élevées font grossir le grain de l’acier. Affiner le grain de la lame de votre couteau permet de gagner en qualité. Cela va notamment impacter la finesse du tranchant, la résistance à la casse…

Lors de la normalisation, l’acier est chauffé à température d’austénisation. Il s’agit d’une température suffisamment élevée autour de 800 à 900 °C pour transformer l’ensemble de la structure de la pièce en acier. Il convient ensuite de maintenir la température à ce niveau pendant un temps donné.

Clé n° 3 : Mode opératoire de la normalisation du couteau

Pour réaliser la normalisation de votre couteau, il vous suffit de suivre le mode opératoire suivant. Vous pouvez utiliser un four de trempe pour les phases de chauffage et de palier.

Dans un premier temps, chauffez l’acier à vitesse modérée pour atteindre la température de normalisation qui est spécifique pour chaque acier (environ 800-920 °C). Maintenez la lame à cette température pendant environ 1 minute. Sortez ensuite la lame de la forge. Il s’agit maintenant de la refroidir. Cela peut se faire à l’air libre. Si vous voulez gagner du temps, vous pouvez utiliser un ventilateur par exemple. Il faudra ensuite répéter l’opération de normalisation 3 fois.

Expérimentez le processus avant de vous lancer. Par exemple, vous pouvez grossir le grain d’un morceau d’acier en le chauffant à l’orange. Procédez ensuite à 3 normalisations et observez le résultat. Si le grain s’est affiné, c’est que vous êtes sur la bonne voie.

 

Cet article vous a présenté le premier traitement thermique à mettre en place dans le cadre de la fabrication de votre couteau : la normalisation du couteau.

Il s’agit d’une étape indispensable pour avoir une lame de qualité. La normalisation du couteau consiste à chauffer l’acier puis à le laisser refroidir à plusieurs reprises. C’est une étape particulièrement utile pour affiner le grain de l’acier. Pour parvenir à un résultat satisfaisant, suivez le mode opératoire présenté dans cet article en commençant par des expérimentations. Passez dès maintenant à la normalisation de votre couteau avant de passer au traitement thermique suivant : la trempe.