Description complète

Couteau damas ocre

Les couteaux en métal damas sont très connu et demandé dans tous les domaines d’activité , que ce soit la chasse , la cuisine, le bivouac , les aventures en pleine montagne , etc. Ce sont des lames ayant vaste particularités , comme son élasticité ou sa lame tranchante . Ils sont très sollicité  par les amateurs de coutellerie d’art. Le damas  donne à la lame un aspect très élégant , c’est ce qui lui donne   sa personnalité.

Le Couteau damas ocre est la définition exacte d’un couteau d’exception, qui  associe robustesse et délicatesse. Il saura vous être bénéfique  en tout temps  !

Impossible de ne pas tomber sous l’élégance de ce Couteau damas ocre. Ce couteau à édition limité sera pour les rares individus qui le posséderont un atout exceptionnel .

Son traitement thermiques va lui permettre de tenir contre les coups et les coupes qu’elle devra endurer .

Avantages du Couteau damas ocre

  • Agréable à utiliser
  • S’aiguise très peu
  • Entretien facile
  • Plurivalent
  • Coupe parfaitement

Ce Couteau damas ocre est parfaitement adapté à beaucoup d'activités en tous genres, mais sera un atout parfait pour les passionnés de chasse. On vous décrit tous ci-dessous 🔥

Le couteau idéal pour les chasseurs

La chasse ! Si les anciens admettent qu’il est essentiel de se munir de bons outils pour partir en quête du gibier, les novices ont besoin de s’initier à certaines règles, à savoir, ne jamais partir à la chasse sans, non pas son chien chasseur, mais son couteau de chasse.

Le Couteau damas ocre agit d’un accessoire exceptionnel, car fabriqué proprement pour cette activité outdoor.

 

Pourquoi utiliser un couteau de chasse ?

Ce couteau de chasse comprend plusieurs types, justement, pour être utilisé à des fins spécifiques.

Il permettra de  couper l’animal abattu, le dépouiller, l’éventrer, le découper ou aussi l’éviscérer. Mais à chaque opération son couteau. Par suite, certains outils présentent une apparence particulière. On cite par exemple le skinner qui comporte une lamelle en demi-lune. Ce modèle permet surtout de découper les animaux de chasse.

Certains couteaux bradent la polyvalence, ce qui leur permettra ainsi de remplir plusieurs opérations. Cependant en fait, rien ne vaut l’efficacité d’un couteau dont l’élaboration a été strictement étudiée pour une action bien précise.

Vu les incidents que réserve cette pratique assez dangereuse, les couteaux de chasse peuvent à certains moments sauver le chasseur lors d’un danger. C’est tel un scénario où un ours enragé ou aussi une bête sauvage apparait subitement pour le sauter dessus. Ces accessoires de chasse sont groupés dans le catalogue des outils de protection.

Enfin, pour d’autres individus, le couteau fabriqué pour la chasse peut constituer des pièces de collection.

En général, les vendeurs de couteaux de collection pour la chasse proposent des modèles anciens ou encore des modèles qui ne sont plus confectionnés par l’entreprise. Les collectionneurs peuvent croiser leur plaisir aussi bien dans les maisons de brocante que dans les commerces en ligne comme Forge Origine.

 

Quel couteau pour quelle utilisation

En repassant aux différentes catégories du Couteau damas ocre, il a été produit pour satisfaire une attente particulière. Cette exigence se réfère ici aux différents types de chasse.

 

Partir à la chasse de grands gibiers

Il faut bien un couteau robuste pour enlever le cuir des gibiers énormes comme le chevreuil, le sanglier, le chamois, le cerf ou également le mouflon. Néanmoins, quand vient le moment du dépouillement (séparation de la viande et de la peau), le remplacement de couteau est nécessaire. Pour assurer cette opération sans déstructurer la chair, il importe d’avoir un couteau approprié comme le skinner. Certaines fois l’animal abattu par balle respire encore. Afin qu’il ne souffre plus, le maniement d’une dague de chasse est plus commode pour atteindre son cœur et l’abattre immédiatement.

 

Chasser de petits gibiers

Les petits animaux de chasse comme le lapin, le faisan, la perdrix ou également la bécasse ne sollicitent pas de grandes lames pour réaliser les multiples tâches. Un couteau Buck ou bien un couteau Bowie satisfera les besoins du chasseur.

Partir à la chasse de gibiers d’eau

Les gibiers dits sauvages vivant au sein des milieux aquatiques (étang, marais, rivière, littoral…) sont classés par les chasseurs, de gibiers d’eau. Il en est ainsi du galliforme, de l’oie, du canard sauvage, de l’échassier, de la sarcelle d’hiver ou encore de la poule d’eau. Grosse lame ou petite lame, le choix varie suivant la taille du gibier d’eau.

 

Faire du bushcraft et pêcher

Bien que ces deux pratiques ne soient pas exactement considérées comme de la chasse, ceux qui les accomplissent, emploient ordinairement des couteaux de chasse. Les couteaux de petite taille ou couteaux droits sont favorables, pourtant ne jamais négliger leur résistance à toute épreuve.

 

Les matières de fabrication de la lame

La lame assure la découpe du gibier. Elle devra non seulement être acérée, mais tenace. Par conséquent, les établissements de fabrication utilisent deux types d’acier pour effectuer ces fonctionnalités. D’un côté, il y a l’acier carbone, un produit métallique très facile à affûter, ce qui lui permettra d’avoir une meilleure capacité de découpe. Seulement, sous l’humidité et l’air, ce métal s’oxyde facilement. Afin de garder ce type de couteau de cette réaction dégradante, l’astiquage et le séchage après son usage sont indispensable.

D’un autre côté, on trouve l’acier inoxydable qui a l’avantage de résister à la réaction d’oxydation, mais surtout aux facteurs corrosifs. On reproche cependant à l’inox d’être difficile à acérer. Mais, une fois bien affilée, la lame en acier inoxydable garde son pouvoir de découpe plus longtemps que possible. A la fin du compte, c’est le meilleur choix pour une utilisation régulière.

 

Les structures des lames

Les lames ont été produites sous de nombreuses configurations. Si certaines ont un tranchant recourbé donnant à la lame une forme en S, d’autres correspondent au profil d’un crochet. D’autres encore affichent les morphologies appelées Dao, Clip point, Tanto ou également Trailing point. Ensuite à la lame s’ajoute l’émouture. Il s’agit de la structure du bout du couteau. Elle pourrait être ciseau, plate, scandi ou bien arrondie. 

Pour des contraintes d’esthétique, les lames reçoivent également des gravures. Ce sont les lames damassées dont le façonnement ressemble à l’acier de Damas, un couteau historique caractérisé, à la phase de finition, par des motifs brillants.

Pour le couteau destiné à la chasse, celui-ci pourra être constitué d’une lame fixe ou dépliable. Si le couteau dépliable est approprié aux opérations peu ardus, le modèle fixe constitue un choix parfait pour accomplir les activités nécessitant de l’énergie. Mais en particulier ? Les couteaux dépliables sont intéressants pour les pêcheurs et aficionados de bushcraft, du fait qu’ils peuvent carrément se faufiler dans les poches.

 

Tout savoir sur le manche du couteau de chasse

Prolongement de la lame, le manche est la partie à partir duquel on manipule le couteau de chasse. Cette partie peut aussi être élaborée à partir de nombreux matériaux. L’alu qui est retenu pour sa finesse, le laiton pour sa splendeur ou bien l’os pour sa résistance. On peut citer aussi la fibre de carbone, la coquille d’ormeau, le caoutchouc et le bois.  

En ce qui concerne l’aspect, le manche parfait sera celui qui prodigue une meilleure prise en main. L’objectif est de prendre confortablement le manche avec la main. Le choix du couteau de chasse s’effectuera alors suivant la taille de la main de l’usager. Certains établissements ajoutent quelques ornements ou accessoires auxilliaires à la limite des manches. Tête de mort, décapsuleur, ficelle d’attache, sifflet par exemple.

 

Différentes gammes de couteaux de chasse

Les marques spécialisées dans ce secteur ont évidemment prévu une large variété de gammes. Comme Linder, Opinel, Mora et Buck fabriquent des couteaux appropriés et solides. Pourtant chaque produit à son coût suivant sa gamme. Donc, il y a :

 

Les couteaux de chasse de haute gamme

La haute gamme comporte généralement les modèles façonnés manuellement. Le façonnement de l’accessoire de chasse respecte une pratique traditionnelle garantissant dans ce cas la robustesse du produit. Ces couteaux contiennent d’habitude des manches élaborés en bois, le choix parfait pour prévenir le glissement de la main. Ils sont irréprochables et assurent certainement toutes tâches. Il faut payer fort pour acquérir un modèle de gamme supérieure pour la chasse.

 

Les modèles en milieu de gamme

Ce sont les couteaux indiquant un bon rapport qualité/prix. La qualité est proportionnelle à une certaine particularité et du confort d’utilisation. En termes de prix, il est accessible au portefeuille moyen. Seulement, afin de maintenir ces modèles de gamme moyenne aussi durable que l’utilisateur réalise son activité, le bichonnage est crucial. Et puis, c’est possiblement le choix convenable à un usage occasionnel.

 

Les modèles en entrée de gamme

Ce sont les modèles bon marché, dont leur fiabilité varie selon la société qui les forge.

Il est généralement envisageable de converger vers une catégorie de couteau en entrée de gamme d’une marque reconnue, en vue de s’assurer de son efficacité. La tenue est pourtant remise en question compte tenu de la propriété des matériaux entrant dans la fabrication de ces couteaux.

Les chasseurs en herbe devront pourtant admettre qu’un vrai chasseur ne se contente pas à l’utilisation des techniques de chasse et d’appâtage, avoir des accessoires complets fait partie des points fondamentaux à retenir.

 

Un entretien ?

Effectivement ! Le bichonnage d’un couteau de chasse prolonge sa pérennité. La première règle consiste à le manipuler de façon correcte ! La mauvaise geste de manier cette lame comme tournevis ou levier est à bannir. Ensuite arrive le moment du bichonnage.

Le lave-vaisselle est à bannir et encore les composants chimiques et les éponges abrasives qui peuvent endommager la lame. De l’eau savonneuse avec un bon coup de chiffon résoudront l’affaire. 

Quel que soit le type de couteau utilisé pour la chasse, il convient de bien retirer les restes de poils, de fourrure ou encore de sang de l’animal. Une brosse fine permet d’aider à réaliser un décrassage minutieux.

Concernant les couteaux pliants, leur nettoyage est capital. Il convient de lubrifier convenablement le mécanisme pour qu’il ne se coince pas.

Au moment de l’acquisition d’un couteau pour la chasse, il est commode d’opter pour des modèles constitué d’étui. En supplément de son niveau sécuritaire, l’étui est utilisé pour ranger, mais également à protéger le couteau des éventuelles éraflures. Cette protection pourra être en plastique, en fourrure et dans de cas rare en bois.

ARTICLE EN STOCK

Commandé aujourd'hui, expedié demain

Produits similaires