Couteau droit damas japonais

ARTICLE EN STOCK

Commandé aujourd'hui, expedié demain

Collections: Couteau de chasse, Couteaux

Description complète

Couteau droit damas japonais

Les couteaux en acier damas sont très connu et demandé dans les secteurs de la coutellerie , que ce soit la pêche, la gastronomie , la randonné , les aventures en pleine forêt , etc. Ce sont des lames ayant de grande propriétés, comme sa dureté ou sa lame de qualité. Ils sont très demandé  par les collectionneurs de coutellerie d’art. Le damas  donne au couteau un visuel très esthétique, c’est ce qui lui procure  son caractère .

Le Couteau droit damas japonais est la définition conforme d’un couteau d’excellence , qui   fusionne robustesse et délicatesse. Il saura vous être précieux à toute occasion  !

Impossible de ne pas tomber sous l’esthétisme de ce Couteau droit damas japonais. Cette lame à édition limité sera pour les seules personnes qui l’auront un atout exceptionnel .

Son élasticité va lui permettre de résister aux chocs et les coupes qu’elle devra subir .

Le meilleur du Couteau droit damas japonais

  • Confortable
  • S’aiguise très peu
  • Entretien facile
  • Polyvalent
  • Tranchant rasoir

Ce Couteau droit damas japonais est très bien adapté à beaucoup d'activités en tous genres, mais sera un atout parfait pour les passionnés de chasse. On vous montre tous ci-dessous 🔥

Le couteau adapté aux chasseurs

La chasse ! Si les aguerris reconnaissent qu’il est important de se munir de bons outils pour partir en quête du gibier, les néophites devront savoir quelques règles, à savoir, ne jamais sortir chasser sans, non pas son chien chasseur, mais son couteau de chasse.

Le Couteau droit damas japonais agit d’un outil qui sort de l’ordinaire, du fait qu’il est conçu avant tout pour cette pratique outdoor.

 

Pourquoi utiliser un couteau de chasse ?

Cet accessoire de chasse se présente sous différents types, systématiquement, pour des nécessités spécifiques.

Il peut servir pour  couper le gibier, le dépouiller, l’éventrer, le découper ou aussi l’éviscérer. D’où l’importance de bien choisir son couteau. Voilà pourquoi, certains outils ont une structure particulière. Il y a par exemple le skinner qui comprend une lame en demi-lune. Il sert surtout à découper les animaux de chasse.

Certains couteaux bradent la polyvalence, ce qui leur permettra donc d’accomplir plusieurs charges. Or dans les faits, rien n’est meilleur que l’efficacité d’un couteau dont la structuration a été particulièrement prévue pour une action bien déterminée.

Vu les inconvénients que présente cette pratique aventureuse, les couteaux pour la chasse peuvent certaines fois protéger le chasseur lors d’un incident. C’est comme un scénario où un grand ours ou également une bête sauvage apparait soudainement pour l’attaquer. Ces dispositifs de chasse sont classés dans la catégorie des outils de défense.

Egalement, pour d’autres gens, le couteau conçu pour la chasse peut constituer des pièces de collection.

En principe, les vendeurs de couteaux de chasse de collection commercialisent des modèles anciens ou encore des modèles qui ne sont plus forgés par la marque. Les collectionneurs peuvent découvrir leur plaisir aussi bien dans les brocanteurs que dans les commerces en ligne comme Forge Origine.

 

Chaque couteau son utilisation

En revenant à la déclinaison du Couteau droit damas japonais, il a été conçu en vue de satisfaire un besoin particulier. Cette exigence renvoie ici aux différents types de chasse.

 

Partir à la chasse de grands gibiers

Il convient de porter un couteau tenace pour dépiauter le cuir des énormes animaux tels que le sanglier, le chevreuil, le chamois, le mouflon ou aussi le cerf. Cependant, quand vient l’heure du dépouillement (séparation de la peau et de la chair), le changement de couteau est indispensable. Pour réaliser cette opération sans délabrer la chair, il importe d’avoir un couteau adapté tel que le skinner. Dans certains cas l’animal attrapé par balle renifle encore. Afin de l’épargner, l’usage d’une dague de chasse est plus commode pour transpercer son cœur et le tuer en un tournemain.

 

Partir à la chasse de petits gibiers

Les animaux de petite taille tels que le lapin, le faisan, la perdrix ou également la bécasse ne sollicitent pas de grosses lames pour réaliser les diverses opérations. Un couteau Buck ou bien un couteau Bowie saura répondre aux exigences du chasseur.

Chasser les gibiers d’eau

Les animaux considérés comme sauvages habitant au cœur des régions aquatiques (étang, marais, rivière, littoral…) sont considérés par les chasseurs, de gibiers d’eau. C’est le cas du galliforme, de l’oie, du canard sauvage, de la poule d’eau, de la Sarcelle d'hiver ou encore de l’échassier. Lame courte ou longue lame, le choix dépend de la grandeur du gibier d’eau.

 

Pratiquer du bushcraft et aller à la pêche

Malgré que ces deux activités ne soient pas véritablement considérées comme de la chasse, les gens qui les accomplissent, déploient d’habitude des couteaux de chasse. Les couteaux droits ou de petite dimension sont avantageux, surtout ne jamais négliger leur résistance à toute épreuve.

 

Les matériaux de fabrication de la lame

La lame aide à couper le gibier. Elle devra non seulement être affilée, mais solide. En conséquence, les maisons de fabrication ont misé sur deux types d’acier pour assurer ces fonctionnalités. D’un côté, on peut citer l’acier carbone, une matière plus facile à acérer, ce qui lui permettra d’avoir une excellente performance de découpe. Pourtant, sous l’humidité et l’air, ce matériau s’oxyde. Dans le but de protéger le couteau en acier carbone de cette réaction corrosive, le bichonnage et le séchage après son utilisation sont requis.

D’un autre côté, il y a l’acier inoxydable qui a la capacité de résister au phénomène d’oxydation, mais aussi aux agents corrosifs. On reproche cependant à l’inox d’être assez difficile à acérer. Seulement, une fois bien affilée, la lame du couteau inox conserve son tranchant plus longtemps que possible. Bref, c’est le meilleur choix pour une utilisation quotidienne.

 

Les styles de lames

Les lames sont façonnées sous différentes présentations. Si certaines possèdent un tranchant recourbé apportant à la lame une forme en S, d’autres prennent le format d’un crochet. D’autres encore se rapprochent des morphologies dénommées Clip point, Tanto, Dao ou également Trailing point. Ensuite à la lame s’ajoute l’émouture. C’est la forme de l’extrémité du couteau. Elle pourra être ciseau, plate, scandi ou bien arrondie. 

Pour des soucis d’esthétique, les lames reçoivent aussi des gravures. Ce sont les lames damassées dont l’aspect fait référence à l’acier de Damas, un couteau historique caractérisé, au stade de finition, par des motifs luisants.

Pour le couteau conçu pour la chasse, celui-ci peut être constitué d’une lame plane ou dépliable. Si le modèle pliable s’utilise pour les tâches peu rudes, le modèle fixe s’avère un choix parfait pour assurer les activités exigeant de l’énergie. Mais particulièrement ? Les couteaux dépliables sont affectionnés par les pêcheurs et pratiquants de bushcraft, puisqu’ils pourront carrément se mettre sous les poches.

 

Manche : Les formes et les matières

Prolongement de la lame, le manche est l’élément avec lequel on saisit le couteau de chasse. Cette partie pourrait aussi être conçue à partir de nombreux composés. L’aluminium qui est retenu pour sa légèreté, le laiton pour son élégance ou encore l’os pour sa compacité. On trouve aussi la coquille d’ormeau, la fibre de carbone, le caoutchouc de même que le bois.  

Pour l’aspect, le meilleur manche sera celui procurant une excellente prise en main. Le but est pouvoir porter adroitement le manche avec la main. Le choix de l’outil de chasse est effectué donc selon la dimension de la main du chasseur. Certaines entreprises de fabrication étalent quelques ornements ou accessoires auxilliaires au bout des manches. Tête de mort, décapsuleur, ficelle d’attache, sifflet entre autres.

 

Y-a-t-il un choix de gammes pour ce type de couteau ?

Les entreprises spécialisées dans ce secteur ont effectivement prévu une large palette de gammes. Comme Opinel, Linder, Mora et Buck vendent des couteaux convenables et résistants. Cependant chaque lame à son coût suivant sa gamme. Alors, il y a :

 

Les couteaux de chasse de haute gamme

La haute gamme englobe généralement les modèles fabriqués à la main. La fabrication de l’accessoire de chasse respecte une pratique classique assurant alors la solidité du produit. Ces lames reçoivent habituellement des manches en bois, le meilleur choix permettant d’éviter le glissement de la main. Ils sont irréprochables et accomplissent quasiment toutes les opérations. Le chasseur devrait payer plus pour avoir un couteau haut de gamme pour la chasse.

 

Les modèles en milieu de gamme

Ce sont les couteaux possédant un excellent rapport qualité/prix. La qualité correspond à une certaine caractéristique et facilité de manipulation. En termes de prix, il est accessible au portefeuille moyen. Seulement, pour conserver ces couteaux de gamme moyenne aussi longtemps que le chasseur accomplit son activité, le bichonnage est indispensable. Et puis, c’est peut-être le choix correspondant à un usage occasionnel.

 

Les couteaux en entrée de gamme

Ce sont les modèles à moindre coût, dont leur résistance est relative à la société qui les fabrique.

C’est généralement envisageable de choisir un type de couteau en entrée de gamme d’une bonne marque, pour s’assurer de sa capacité. La pérennité est cependant remise en question vu la nature des matières entrant dans l’élaboration de ces couteaux.

Les chasseurs en herbe devront néanmoins se rappeler qu’un vrai chasseur ne se contente pas à la maîtrise des stratégies de chasse et d’appâtage, utiliser des accessoires complets fait partie des points importants à retenir.

 

Entretien d’un couteau de chasse

Bien entendu ! La maintenance d’un couteau de chasse prolonge sa durée d’usage. La première phase consiste à le manier de façon correcte ! La mauvaise habitude de servir ce couteau comme tournevis ou levier est à bannir. Ensuite arrive le moment du bichonnage.

Le lave-vaisselle est à exclure et encore les composants chimiques et les éponges abrasives qui peuvent abîmer la lame. De l’eau savonneuse avec un bon coup de chiffon résoudront l’affaire. 

Quel que soit le modèle de couteau de chasse, il est important de bien retirer les petits morceaux de poils, de peau ou encore de sang du gibier. Une brosse fine pourra aider à réaliser un décrassage méticuleux.

Pour les couteaux pliants, leur entretien est à prévoir. Il importe de lubrifier conformément le mécanisme de sorte qu’il ne se dégrade pas.

Au moment de l’acquisition d’un couteau correspondant à la chasse, il est préférable de se tourner vers des modèles comportant un étui. Outre son niveau de protection, l’étui permet de classer, mais surtout à assurer la protection de le couteau des éventuelles éraflures. Cette protection pourra être en fourrure, en plastique et dans de cas rare avec du bois.

ARTICLE EN STOCK

Commandé aujourd'hui, expedié demain

Produits similaires