Le traditionnel katana samouraï

Le traditionnel katana samouraï

Le fameux sabre japonais Katana est considéré comme "l'âme du samouraï" et l'une des armes blanches les plus meurtrières utilisées dans le Japon ancien et féodal, mais son origine n'est pas entièrement connue.

Le sabre Katana, utilisé par les samouraïs, les membres de la classe chevaleresque du Japon, représente une combinaison de savoir-faire chinois et japonais et, dans sa forme primitive, il pourrait provenir de Chine.

On dit que l'énigmatique épée katana est née dans le feu. Depuis les temps anciens, le sabre est un symbole de foi et d'autorité et il a joué un rôle important en tant que base du concept d'"esprit japonais"."

Pour un samouraï, son katana était à la fois une arme et un symbole.  Jamais la relation entre l'homme et le sabre n'a été mieux exprimée par le samouraï, pour qui le sabre est l'âme du guerrier".

 

Aucun samouraï ne serait jamais sans son sabre, qu'il porte une armure ou des vêtements de tous les jours, et un sabre forgé par un maître renommé était l'un des cadeaux les plus précieux qu'un guerrier pouvait recevoir. Le sabre, dans sa position de repos enfoncé dans la ceinture, indiquait au monde que son propriétaire était un véritable samouraï - membre d'une élite sociale et militaire - puisque les membres des classes inférieures ne portaient pas d'armes.

 

Le katana samouraï

Katana : symbole de la caste des samouraïs, le katana est un sabre (arme blanche incurvée à un seul tranchant) dont la lame mesure de 60 à 80 cm. Il se porte rentré dans la ceinture, le tranchant dirigé vers le haut. Portés avec un wakizashi, ils forment le daishō. C'est une arme de coupe (on utilise le tranchant) et une arme de jet (on utilise la pointe). Par extension, le terme " katana " est souvent utilisé pour désigner l'ensemble des sabres japonais (Tachi, Uchigatana...). Les sabres japonais modernes sont appelés Shinkens.

 

Aspect du Katana samouraï

En apparence, le katana samouraï est une lame incurvée à un seul tranchant, dotée d'une garde circulaire ou carrée et d'une longue poignée pouvant accueillir deux mains.

Cette arme mythique est fabriquée à partir de trois types d'acier de dureté différente : acier doux (shigane), acier moyen (kawagane) et acier dur (hagane). Le processus était très compliqué et long et comprenait le traitement du minerai de fer, qui était martelé en une tige, plié au milieu, martelé ensemble puis plié à nouveau (jusqu'à seize fois pour obtenir de l'acier dur).

Une lame de katana samourai mesure environ 60 à 80 cm et pèse de 1,1 à 1,3 kg.

Le Katana samouraï ne diffère pas beaucoup de son prédécesseur immédiat, le tachin, qui était généralement légèrement plus léger par rapport à sa longueur et avait une lame plus incurvée qui se rétrécissait vers la pointe.

Ce qui distinguait le katana samouraï de l'ancien tachin était un changement dans la façon dont le samouraï portait le sabre.

Auparavant, un sabre tachin était traditionnellement porté avec le tranchant vers le bas, mais pendant la période Muromachi (1392-1573), le katana était porté avec le tranchant vers le haut par les samouraïs.

 

La fabrication du katana samouraï

Afin de fabriquer son katana, le forgeron japonais a besoin de matière première. En principe, le minerai de fer disponible au Japon se présente sous la forme de sable noir, dont la teneur en fer est inférieure à 1%. Dans sa première étape, le travail du forgeron consiste à extraire ce fer en faisant " fondre " le sable ferreux pour en extraire un matériau plus noble, le tamahagane.

Cette opération est une phase importante qui nécessite des journées de travail avec une température de cuisson de près de 1400 degrés. Ainsi, avec 8 tonnes de sable et environ 13 tonnes de charbon de bois, on obtient au mieux 500 kg d'acier adapté à la fabrication d'un katana.

Pour la fabrication d'un katana samouraï de qualité, la qualité du tamahagane est fondamentale. Sa réalisation ne dépend pas seulement du sable de départ mais surtout de la qualité de l'extraction du fer à partir de celui-ci avec l'ajout d'oxygène et de carbone au bon moment et dans les bonnes proportions.

 

L’art de plier l'acier

A partir de cette matière première, le forgeron va séparer les parties "dures" et "tendres" qu'il va ensuite combiner pour former une lame solide à la coupe inégalée.

Dans ce cas, pour fabriquer une lame très tranchante, il est préférable de choisir un acier "dur" qui donnera un tranchant très fin. Mais le problème est qu'un tel acier est relativement fragile : un choc un peu violent et votre lame casse.

L'"astuce" consiste donc à sélectionner un acier dur pour la partie tranchante de la lame dans le tamahagane, et à le combiner avec un acier plus tendre pour apporter de la solidité. Au final, on obtient un laminé composé de parties dures pour la coupe et de parties en acier doux pour garantir la solidité de la lame.

Pour séparer les parties dures et tendres du tamahagane, le forgeron le chauffe au rouge et y plonge de petits morceaux du bloc de départ. Les parties faciles à casser et d'aspect grisâtre sont réservées au tranchant de la lame en raison de leur forte teneur en carbone (acier "dur"), tandis que les parties de couleur plus blanche, à faible teneur en carbone, sont identifiées comme acier doux.

Les pièces en acier dur et en acier doux sont ensuite fusionnées pour former deux briques, l'une en acier dur et l'autre en acier doux. Le fait que les éléments passent et repassent sous le marteau a un effet bénéfique sur la lame : le métal est comprimé un grand nombre de fois, éliminant au passage un maximum d'impuretés.

Chacune de ces deux briques est ensuite pliée et repliée de nombreuses fois afin, une fois encore, de persister dans cette volonté d'éliminer les impuretés. Selon la tradition, 23 plis sont effectués.

 

La formation de la lame

Une fois que les briques ont été suffisamment pliées pour éliminer un maximum d'impuretés, il faut les assembler pour former la lame.

Il existe différentes formes d'association. La plus courante est appelée "honsanmai" et elle est constituée d'un noyau en acier dur et d'un acier semi-mou, tandis que le dos de la lame est en acier mou et donc solide.

Au fil du temps et selon les méthodes utilisées par certains forgerons, l'assemblage a subi des variations notables. Pendant la Seconde Guerre mondiale, par exemple, la plupart des épées étaient fabriquées selon la méthode "kobuse", qui consiste à avoir un noyau d'acier doux simplement entouré d'acier dur des deux côtés et du fil, bien sûr, le dos de la lame laissant l'acier doux.

L'assemblage consiste à souder les briques selon le modèle souhaité, puis à les allonger pour former la lame selon la courbure et la longueur souhaitées.

 

Un tranchant qui résiste à toute épreuve

La fabrication d'un bon katana de samouraï ne dépend pas uniquement de la qualité de la forge, même si cette étape reste essentielle. En effet, une bonne lame dépendra également de sa trempe.

Cette étape permet d'affûter la lame. Les forgerons japonais ont la particularité de réaliser une trempe partielle qui permet de conserver la souplesse de la lame en dehors de la partie tranchante. Il s'agit de recouvrir une partie de la lame d'un mélange d'argile, de charbon de bois, de silice et d'autres ajouts dont chaque forgeron a le secret. Cela permet de protéger le dos et les côtés de la lame du refroidissement soudain de la trempe afin qu'ils restent souples, tandis que le tranchant devient beaucoup plus dur.

Bien que cette méthode de trempe ait été créée à une époque où la science n'était pas suffisamment avancée pour comprendre les effets qu'elle avait sur la structure moléculaire de l'acier, il est encore très difficile aujourd'hui de fabriquer une épée de qualité comparable à celle des lames encore fabriquées par les maîtres forgerons japonais.

C'est l'effet de cette trempe sélective qui forme le hamon (ligne de trempe). Selon les écoles, chaque forgeron donnera au hamon une forme particulière. La ligne du hamon est donc en soi une forme de signature.

 

Les étapes de finition

Après la trempe, le forgeron cède la place à un autre artisan : le polisseur, ou togishi.

Son travail de plusieurs jours, voire de plusieurs semaines, va consister à faire ressortir la beauté de la lame tout en lui donnant son tranchant définitif à l'aide de différents types de pierres. Le polissage se fait en deux étapes distinctes. La première, le ji-togi, permet au polisseur de nettoyer la lame pour lui donner un bel aspect exempt d'impuretés liées à l'oxydation. L'étape suivante est le shiage, qui permet d'améliorer l'esthétique de la forge.

Enfin, la lame est soit montée sur un support sobre en bois léger, appelé shirasaya, soit sous la forme d'une épée complète, dont chaque élément a également été réalisé avec grand soin. Tsuka (garde) et saya (fourreau) auront été réalisés sur mesure pour s'adapter parfaitement à la lame par un artisan dont c'est la spécialité, tandis qu'un autre encoeur se chargera du tsukamaki, l'art de poser la "corde" de la garde sur la peau de raie ou de requin.

Une fois terminé, le sabre sera non seulement une arme d'une qualité incroyable, mais aussi une véritable œuvre d'art.

 

Avantage du katana samouraï sur les autres armes dans les situations critiques

Avec le katana, un samouraï compétent pouvait dégainer et trancher son adversaire d'un seul geste en un clin d'œil. C'était particulièrement important dans les combats rapprochés où la victoire dépendait fortement de la rapidité de réaction.

Cette manœuvre n'était pas possible avec le tachin, l'ancien prédécesseur du katana.

 

Quelques-uns des plus célèbres fabricants de sabres japonais

Masamune : le plus célèbre de tous

Aucune liste de forgerons de katana célèbres ne serait complète sans Masamune. Sans aucun doute, il est le plus célèbre de l'histoire. C'est lui qui a mis au point la légendaire méthode d'affinage et de mélange de l'acier, un procédé que tous les fabricants de sabres japonais sérieux utilisent encore aujourd'hui.

Muramasa : si bon qu'il en est mauvais

Si Masamune était l'épéiste honorable employé par les célèbres familles du Japon féodal, Muramasa contraste parfaitement en tant qu'épéiste plus sombre et encore plus mystérieux. Selon la légende, ses épées sont tristement surnaturelles, voire maudites.



Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.

  • Paiement sécurisé

    Par carte bancaire,
    PayPal ou Stripe

  • Satisfaction garantie

    30 jours à réception de votre
    colis pour changer d'avis

  • Service client 7j/7

    Assistance 9h - 19h
    Les week-ends 9h - 12h

  • Livraison gratuite

    La livraison est suivie et offerte !